http://bretonnes.pagesperso-orange.fr/ Qui suis-je | Liens| Accueil coiffes | Bretonnes en Coiffe | Accueil| M'écrire| Page précédente|

Retour à l'accueil de Bretonnes en coiffe
Cliquer sur une image pour l'agrandir klikit war ar skeudenn evit brasaat anezhi

Portraits 2005

Bretonnes en coiffe - Portraits en 2006

Cercle de Plougastel Daoulas

Cercle de Lanester

Cercle de Pontivy

Cercle de Pluneret

Cercle de Sizun

Cercle de Plomelin

Kerfeunteun et Pluguffan

Bugale an Orient

Le Croisty

Combrit

Saint-Brieuc

La Forêt-Fouesnant

Beg an Douar

Guingamp

Landerneau

Landrévarzec

Saint-Evarzec

Pont-L'Abbé

Fouesnant

Le Faou

Brest

Pommerit le Vicomte

"II suffit d'une certaine couleur dans le ciel, d'une certaine odeur qui musarde, de certains souvenirs qui remontent d'on ne sait où pour qu'une certaine femme prenne une dimension ignorée d'elle-même et qu'à travers son image une multitude de sentiments, de souvenirs ou d'envies aient tout à coup le grand besoin de s'exprimer. Quand j'avais dix-sept ans, j'écrivais des poèmes à chacune de ces incitations olfactives ou sentimentales et je les jetais le lendemain, car, l'état de grâce disparu, ils n'exprimaient - seuls - plus rien. Ensuite, j'ai fait des photographies. Elles ont pu, parfois, survivre à l'envie qui les avait fait naître et ont silencieusement acquis une existence autonome. Ce sont des photos d'un moment intérieur, propre au modèle ou à moi-même, mais il arrive que ce moment soit perceptible à un témoin extérieur, d'une façon différente, qui lui sera personnelle et fera de cette image une bonne photo parce que habitée. C'est l'éternel problème de la transposition d'un sentiment ou d'une idée. La traduction photographique ne sera jamais fidèle, mais pourra avoir une existence et une force propres, et dans le meilleur des cas aller au-delà de ce qui l'aura enfantée, atteindre même à une sorte d'universalité. Aujourd'hui, je ne sais plus si la photo est un art, si l'art existe et s'il n'est pas plus important de regarder une image en silence plutôt que de vouloir à tout prix la fossiliser par des explications définitives. Les choses sont beaucoup plus simples qu'on ne l'imagine, donc beaucoup plus difficiles à définir."
Jeanloup Sieff, mars 1969.
Portraits posés de danseuses de Cercles Celtiques
Copyright © 2006 par Gildas RICARD
Tous droits réservés
//